Les détecteurs de métaux sont des appareils qui ont su évoluer avec le temps, notamment grâce aux avancées technologiques. Les différents marques et fabricants ont grandement contribué à leur démocratisation, en tant que matériel professionnel et en tant qu’outil de loisir. Il existe aujourd’hui trois types de détecteurs de métaux. Si vous désirez en acquérir un, cet article vous intéressera sûrement et vous aidera à vous tourner vers le modèle dont vous aurez besoin. 

Le détecteur VLF (Very Low Frequency) : un détecteur de métaux à très basse fréquence

Qu’est-ce qu’un détecteur VLF ?

Le détecteur VLF est un outil de détection de métaux qui fonctionne sous une faible fréquence d’émission. Cette fréquence se situe en dessous des 100 kHz. Il est le plus courant sur le marché et est également le moins cher. Sa tête comprend deux bobines. L’une de ses bobines joue le rôle d’émetteur tandis que l’autre joue le rôle de récepteur. 

Son fonctionnement

La bobine émettrice génère un champ magnétique qui au contact d’une cible en métal va alerter la bobine réceptrice. Un courant de Foucault se crée et c’est cette information que l’électronique va interpréter pour connaître la nature probable d’un objet métallique. En effet, ce type de détecteur arrive à différencier les métaux d’objets ferromagnétiques. Chose très importante pour les amateurs et les professionnels de la détection, étant donné qu’il faut dans la plupart des cas écarter les petits objets en fer et se concentrer sur de vraies cibles.

Dans la pratique, par exemple, il est primordial de discriminer l’aluminium qui empêche parfois de trouver du billon ou de l’électrum. Ces derniers entraient dans la composition et la réalisation de pièce de monnaie d’antan.  

Le détecteur de métaux à battement de fréquence

Le détecteur de métaux à battement de fréquence est le premier détecteur de l’histoire. Il se repose sur un principe d’induction. Cette technique de battement utilisé est très populaire dans le monde de l’électronique. C’est la même technique qu’on utilise en radio. Il se constitue d’une unique bobine à la place d’une antenne. La présence d’une masse métallique modifie la fréquence de l’oscillateur principal de cette bobine ultra-sensible. À l’intérieur existe un autre oscillateur annexe fixe. Les deux oscillateurs se mélangent et le produit est filtré afin de tirer les composantes de basse fréquence. Cela permet ensuite d’établir la différence de fréquences. La tonalité du haut-parleur varie en fonction du métal présent dans l’objet. Pour confirmer cette présence, il sort une note plus aiguë. Par contre, la tonalité grave est dédiée à la présence d’un élément ferreux. Les inconvénients de ce type de détecteur sont son hypersensibilité à la température et l’instabilité de sa fréquence. Les effets de sol l’affectent davantage et entraînent des problèmes de tonalité sans rapport avec une détection. C’est la raison pour laquelle peu de personnes l’utilisent de nos jours, d’autant plus que d’autres technologies plus abouties sont nées entre temps. 

Les détecteurs de métaux à induction pulsée

Généralités sur les détecteurs PI

Les détecteurs de métaux à induction sont les détecteurs les plus efficaces pour la détection en grande profondeur. Ils utilisent une seule bobine. Leurs têtes de détection peuvent descendre jusqu’à 1,5 m de profondeur. Avec un cadre de détection carré d’un mètre de côté, certaines têtes de détection atteignent les 4 mètres de profondeur. 

L’unique bobine joue à la fois un rôle d’émetteur et de récepteur. Pendant un court instant, une puissante impulsion de voltage traverse la bobine de détection. L’interruption de cette impulsion provoque l’apparition d’une tension induite de plus de 100 V qui décroît et se réduit à zéro. Si une masse métallique approche de la bobine, cette remise à zéro ralentit. La durée de ce processus est à l’échelle de microsecondes, mais il se répète indéfiniment. 

A qui s’adressent les détecteurs à induction pulsée ?

Les professionnels sont les principaux utilisateurs des détecteurs de métaux à induction pulsée. En effet, certains modèles coûtent cher, allant jusqu’à plus de 2 000 euros. Ils sont très puissants et facilitent la détection des petits objets. Néanmoins, ils permettent une détection profonde et fiable puisqu’ils sont moins sensibles la minéralisation du sol. Toutefois, ils se retrouvent bridés par une discrimination imprécise. Cela entraîne un ralentissement dans la détection ou la progression sur le terrain. Ainsi, il ne faut pas les utiliser sur un terrain trop pollué.

Source :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Catégorie:Détecteur_de_métaux

A propos de l'Auteur

Romain priette

Bienvenue sur mon blog, passionnée dans la detection depuis 10 ans 😅😅 je suis passé par plein de matériel différent. J'ai commencé réellement sur la marque garrett et je suis actuellement sur le magnifique, sublime, performant et léger 👉 XP DEUS 👈 Made in France. Par le biais de ce blog je mets en avant mes connaissances pour partager ma passion au plus grand nombre. Bonne lecture.

Afficher Tous Les Articles